AccueilTestsScanners 3D[TEST] Shining 3D EinScan Pro 2X Plus : l’avis de l’expert
Test
Scanners 3D

[TEST] Shining 3D EinScan Pro 2X Plus : l’avis de l’expert


Note : les commentaires et opinions exprimés dans ici sont le résultat de notre expérience (limitée !) avec le produit. Nous nous efforçons d’être objectifs et n’avons reçu aucun paiement ou avantage d’aucune sorte pour réaliser ce test du EinScan Pro 2X Plus. Ce test a été effectué dans les locaux de kxiop, et le scanner 3D (accompagné d’un PC) nous a été prêté gratuitement par Machines-3D.
Aujourd’hui, nous testons le Shining 3D EinScan Pro 2X Plus, la toute dernière génération de la famille EinScan Pro.

Par rapport au EinScan Pro 2X, le 2X Plus offre une meilleure performance. La principale différence entre les deux scanners 3D réside dans leur surface de scan ainsi que leur distance de travail ; le EinScan Pro 2X Plus est le plus adapté lorsqu’il s’agit de scanner de grands objets. Autre détail, le 2X est gris clair tandis que le 2X Plus est quasiment noir.

Surface de scan (proche) Surface de scan (distante) Distance de travail
EinScan Pro 2X Plus 208 x 136 mm 312 x 204 mm 510 mm
EinScan Pro 2X 135 x 100 mm 225 x 170 mm 400 mm

Selon Shining 3D, le EinScan Pro 2X Plus est « une solution professionnelle de numérisation 3D polyvalente et facile d’utilisation ». Le scanner 3D sera-t-il à la hauteur de cette promesse ?

NOTE FINALE : 4.4/5

LE POSITIF

  • Intuitif et facile d’utilisation (pour un scanner 3D)
  • Belle performance (qualité et rapidité)
  • Prix

LES LIMITES

  • Qualité des textures
  • Manque de fonctionnalités au sein du logiciel

Packaging : 5/5

Unboxing

Nous avons reçu le scanner 3D ainsi qu’un ordinateur portable puissant (merci Machines 3D) pour effectuer ce test. Tout était bien emballé et protégé à l’intérieur d’une seule boîte en carton. L’EinScan Pro 2X Plus et tous ses accessoires étaient contenus dans une solide mallette en plastique.

L’ensemble des éléments, comprenant le PC, le scanner et ses accessoires, pèse moins de 10 kilogrammes et peut facilement être transporté par une seule personne. Cela reste néanmoins un peu lourd.

Manuel d’utilisation

Pour ce test nous n’avons pas eu recours au manuel et avons simplement suivi les instructions fournies par le logiciel sur le PC. Les scanners sont généralement complexes à utiliser, mais avec le 2X Plus nous avons rapidement pu procéder aux scans 3D et ce avec des configurations et modes variés.

Accessoires

Pour ce test du EinScan Pro 2X Plus, nous avons eu accès au pack Professionnel (inclut tripode et table tournante automatique) ainsi qu’au pack Couleur (avec module capteur de couleur). Veuillez noter que nous n’avons pas testé le pack “HD Prime” qui est dédié au mode scan manuel HD.

Le scanner 3D est livré avec tout le nécessaire :

  • Un câble USB 3.0 pour relier le scanner 3D au PC
  • Deux câbles d’alimentation
  • Une plaque de calibration
  • Une table tournante automatique
  • Un tripode
  • Un capteur de couleurs

Configuration PC

Afin de pouvoir utiliser le logiciel pendant nos tests, Machines 3D nous ont prêté un ordinateur puissant. Il s’agissait du ASUS ROG STRIX 15.6-inch. Voici les caractéristiques de l’ordinateur en question :

  • CPU : Intel Core i7-7700HQ @ 2.80GHz
  • GPU : Nvidia GTX 1060
  • RAM : 16 Gb
  • Système d’opération : Windows 10 Pro x64

Les spécifications respectent les recommandations de Shining 3D concernant la configuration PC minimale requise pour le logiciel EXScan Pro, qui est optimisé pour les cartes graphiques Nvidia GTX. Pendant les tests, le logiciel a bien fonctionné et nous n’avons pas rencontré de problème. Cela dit, le logiciel poussait clairement le PC en utilisant une bonne partie de ses ressources. On pouvait entendre le ventilateur de manière distincte.

Test Shining 3D EinScan Pro 2X Plus

Le EinScan Pro 2X Plus dans sa malette.

Pierre-Antoine Test Shining 3D EinScan Pro 2X Plus

Nous utilisons le 2X Plus dans son mode portable (« handheld »).

Installation et mise en route : 4/5

Logiciel

Le PC portable que Machines 3D nous ont prêté avait déjà le logiciel d’installé. Nous n’avons donc pas eu à installer le logiciel nous-mêmes. Par rapport aux précédents logiciels de Shining 3D, le logiciel EXScan PRO offre une interface simplifiée et optimisée. Cela permet de réaliser des scans plus rapidement  tout en rendant la navigation simple.

Matériel

L’installation du matériel se fait très facilement. Il faut d’abord relier le scanner 3D à l’ordinateur grâce à un câble USB 3.0 principal.

Ensuite, il faut brancher le câble d’alimentation sur ce même câble USB (qui est doté d’une prise d’alimentation spécifique) et, évidemment, à une prise de courant. Ainsi, un seul câble est branché sur le scanner – pratique !

Après avoir installé le scanner 3D, nous l’avons équipé du pack Couleur. Cette étape est également très simple, il suffit de brancher un petit module sur le côté du scanner. La dernière étape consiste à brancher la table tournante sur un port USB de l’ordinateur ainsi que sur une prise de courant.

Shining 3D fournit deux adaptateurs de courant identiques, l’un pour le scanner 3D et l’autre pour la table tournante. Pas de confusion donc en ce qui concerne les branchements.

Il vous faudra deux ports USB pour connecter le scanner et la table tournante. Par conséquent, vous aurez besoin d’un troisième port USB sur votre ordinateur portable pour pouvoir brancher une souris. L’utilisation d’une souris (et non d’un pavé tactile) est fortement recommandée pour interagir avec du contenu 3D.

Test Shining 3D EinScan Pro 2X Plus : tripode et module couleur.

Le scanner Shining 3D EinScan Pro 2X Plus et son tripode.

Mise en route

Une fois en main, l’EinScan 2X Pro Plus dégage une sensation de robustesse et d’ergonomie. La finition du produit est propre et renforce son aspect robuste et industriel. Le bouton de démarrage est bien placé, ainsi que les deux autres boutons plus petits.

Avant de commencer à numériser en 3D, il est recommandé de procéder à une calibration rapide. Le processus est très intuitif, et une vidéo s’affiche sur le PC via le logiciel pour vous montrer les étapes pas à pas. Pas besoin de s’embêter à chercher le tutoriel adéquat sur YouTube.

Pour ce calibrage, il faut d’abord scanner la plaque de calibration sous différents angles et à distances variées. Le logiciel affiche ensuite un message de type « Calcul en cours ». Après quelques minutes, le résultat est fourni en pixels.

Ensuite, le logiciel effectue le paramétrage quasi instantané de la balance des blancs. Il vous sera simplement demandé de retourner la plaque de calibration.

Pour finir, le logiciel mesure la précision du scanner. Nous avons obtenu une précision de 0.100106 mm lors de notre premier essai.

Une fois la calibration terminée, vous pourrez choisir un mode de scan 3D dans le menu puis commencer à scanner directement.

Le scanner en pleine action avec sa table tournante automatique.

Le scanner en pleine action avec sa table tournante automatique.

Le module couleur du 2X Plus.

Le module couleur du 2X Plus.

Expérience : 4/5

Logiciel

Le logiciel vous guide à travers plusieurs étapes pour effectuer une numérisation 3D. La première étape consiste à choisir la méthode de numérisation 3D :

  • « Fixed Scan » – scan fixe
  • « Handheld HD Scan » – scan manuel HD
  • « Handheld Rapid Scan » – scan manuel rapide

Une fois qu’un mode est sélectionné, le logiciel lance automatiquement les bonnes instructions pour démarrer le processus de numérisation 3D. EXScan PRO offre une interface légère avec peu d’options.

Cela simplifie considérablement le processus de numérisation 3D, mais pourrait frustrer les utilisateurs chevronnés. Le logiciel est dépourvu de certaines fonctionnalités. Il manque notamment la possibilité de choisir, à tout moment, quel scan conserver ou supprimer (au sein d’un même projet).

Note : Shining 3D a travaillé en collaboration avec Siemens PLM Software pour proposer le logiciel « Solid Edge Édition SHINING 3D ». Nous n’avons pas eu l’occasion de le tester, mais son objectif est d’accompagner le processus d’ingénierie en offrant aux utilisateurs de puissants outils de « re-meshing » et de design (notamment pour la rétro ingénierie, la conception générative, la modélisation convergente, la modélisation synchronisée et la simulation) lorsque le scan 3D est terminé.

Scan 3D

Comme d’habitude avec les scanners 3D à lumière structurée, il est conseillé de ne pas être exposé à la lumière directe du soleil afin de faciliter le processus de numérisation 3D. Nous avons testé deux des trois modes de numérisation 3D proposés par l’EinScan Pro 2X Plus.

« Fixed Scan » – scan fixe

Nous avons utilisé ce mode pour capturer plusieurs objets de petite taille, qui tiennent tous sur la table tournante. Dans certains cas, nous avons positionné les objets manuellement pour capturer des certaines pièces sans avoir de problèmes d’occlusion. Les objets que nous avons testés étaient faits de différentes textures (plastique, bois, métal, caoutchouc…), avec des surfaces plus ou moins complexes.

La table tournante nous a été d’une grande aide et nous a permis d’effectuer les scans 3D en quelques minutes seulement. Une fois le scan 3D 360° terminé, l’objet doit être retourné afin de capturer sa structure inférieure. Il faut environ 8 à 12 captures pour une prise à 360°, mais le nombre d’arrêts de la table tournante (dans sa rotation de 360°) peut être modifié manuellement pour réaliser plus de captures.

« Handheld Rapid Scan » – scan manuel rapide

Ce mode a été un peu plus délicat, car il exige que l’utilisateur se déplace avec fluidité et uniformité tout en se tenant à une distance constante et spécifique de l’objet à scanner. Nous avons utilisé ce mode pour scanner quelques visages et avons obtenu de très bons résultats en quelques secondes.

Nous avons également obtenu des résultats intéressants en capturant des mains, bras, pieds et jambes. Ce mode est à notre avis le mieux adapté à la numérisation 3D d’objets volumineux tels qu’une portière de voiture ou même un scooter complet, comme le montre la démo sur le site de Shining 3D.

Nous avons remarqué que, selon le mode sélectionné, la lumière structurée projetée par le scanner n’est pas la même. Pour le mode « Fixed Scan », la lumière est composée de fines rayures, tandis que pour le mode « Handheld Rapid Scan », c’est un motif pixellisé.

Maillages (mesh) et modèles 3D

Une fois la numérisation terminée, il est possible de créer un maillage à partir du nuage de points. Deux types de mesh au choix :

  • Ouvert : les maillages ouverts ne sont essentiellement que des surfaces et peuvent être utilisés pour en faire des objets numériques (en jeu vidéo par exemple), pour la rétro-ingénierie ou pour d’autres applications bien précises.
  • Étanche : ces mesh sont des modèles 3D entièrement fermés (un pré-requis pour des applications telles que l’impression 3D).

Nous avons opté pour un maillage ouvert en ce qui concerne les visages scannés en 3D. Dans le logiciel, quelques outils sont disponibles pour le lissage, le remplissage des trous, etc. Une fois le mesh généré, il est possible de l’exporter en format 3D. Les formats à disposition sont les suivants : STL, OBJ, PLY, 3MF, ASC, et P3. Vous pourrez également redimensionner votre modèle 3D au moment de l’export.

Résultats des scans 3D : 4/5

Dans cette section, nous nous focalisons sur quelques-uns des scans que nous avons effectués avec le mode Fixed Scan.

Jouet dinosaure (plastique)

Ce jouet en plastique blanc satiné mesure environ 150 x 100 x 50 mm. Il n’a pas de surfaces complexes, mais néanmoins sa forme est difficile à capturer complètement à cause de l’occlusion (surtout au niveau du cou et de la queue du dinosaure).

Le scanner EinScan Pro 2X Plus a fait du très bon travail sur cet objet. Le maillage a été réalisé à partir de 20 numérisations et la texture du jouet a été fidèlement rendue. La texture pouvait être utilisée pour aligner les scans manuellement si nécessaire, bien que le logiciel soit capable de le faire soi-même la plupart du temps.

Test EinScan Pro 2X Plus : scan d'un jouet en forme de dinosaure.

Test EinScan Pro 2X Plus : scan d’un jouet dinosaure.

Test EinScan Pro 2X Plus : scan d'une chaussure d'enfant.

Test EinScan Pro 2X Plus : scan d’une chaussure d’enfant.

Chaussure

Nous avons utilisé une petite chaussure d’enfant (taille 21) afin de cerner la capacité du scanner 3D à capturer des objets multi-matériaux. L’EinScan Pro 2X Plus a fait un excellent travail de capture de la chaussure, avec seulement 2 tours complets à 360° sur la table tournante. Il a même réussi à scanner l’intérieur de la chaussure, c’est-à-dire du tissu rayé, un motif connu pour être difficile à capturer).

Bec de saxophone

Il est bien connu que les scanners 3D peinent énormément avec les matériaux brillants et les pièces fines. Pour mettre l’EinScan Pro 2X Plus à l’épreuve, nous avons essayé de capturer un bec de saxophone métallique. Le bec a également un petit insert en plastique noir mat sur l’une de ses faces, ce qui le rend encore plus difficile à numériser. Pour ce test, la capture de texture (couleur) a été désactivée.

Au début, nous n’avons rien obtenu. Nous avons donc finalement eu recours à l’un des secrets les mieux gardés du monde du scan 3D : toujours avoir du dentifrice à portée de main ! Avec un petit mélange de dentifrice et d’eau, nous avons enduit l’objet avant de retenter l’expérience.

Le logiciel a instantanément commencé à afficher les surfaces capturées. Le résultat final est vraiment impressionnant ; la forme du bec a été très bien capturée, suffisamment bien capturée pour pouvoir même l’utiliser en rétro-ingénierie.

Test EinScan Pro 2X Plus review : bec saxophone

Test EinScan Pro 2X Plus : scan d’un bec de saxophone (l’image sur la droite est une photo de l’objet, pas un scan ni une modélisation).

Rapport qualité/prix : 5/5

L’EinScan Pro 2X Plus est une offre unique sur le marché en date de la rédaction de cet article. Il est abordable, offre une bonne modularité (avec trois modes de numérisation) et offre une performance de qualité professionnelle.

Pour la plupart des cas d’utilisation standards tels que les applications dentaires, de joaillerie ou de design, vous n’aurez probablement pas besoin du module couleur. Cette option pourrait être intéressante pour le commerce en ligne, par exemple pour l’affichage de scans 3D de produits plutôt que de simples images. Cependant, par rapport à la performance globale de ce scanner, sa capture des couleurs est un peu décevante.

Le logiciel EXScan PRO est parfait pour les débutants et les personnes ne souhaitant pas plonger dans des fonctionnalités complexes. Il fait le travail tout en restant simple.

Poids Note
Mise en route 2 5/5
Expérience 2 4/5
Résultats de scan 2 4/5
Rapport qualité/prix 1 5/5
NOTE FINALE 4.4/5

Plus de ressources

Pierre-Antoine Arrighi

Pierre-Antoine Arrighi est le co-fondateur et Conseiller Technique d’Aniwaa. Basé à Paris, en France, il participe aux prises de décision importantes concernant la stratégie globale de la startup. Il est également l’expert technique de l’équipe pour toutes les questions liées à l’impression et la numérisation 3D ainsi que la réalité virtuelle et augmentée. Il travaille aussi en tant que Consultant Senior au sein du cabinet de Conseil kxiop, basé à Paris.