Introduction

Lorsque l’on installe sa cinquième, dixième ou cinquantième imprimante 3D, on peut rapidement se rendre compte que le flux de production de la fabrication additive (FA) se complexifie.

En effet, plus les imprimantes 3D se multiplient, plus il y a de problématiques qui surgissent : quelle imprimante 3D est la plus adaptée pour tel fichier 3D ? Pour produire dix copies d’une pièce, vaut-il mieux toutes les imprimer sur une seule machine ou les répartir sur plusieurs ? Comment garder le contrôle sur l’accès des utilisateurs et suivre leur consommation de matériau ?

Quand la gestion du parc d’imprimantes 3D devient un casse-tête, il faut alors opter pour un logiciel de pilotage ou de contrôle des imprimantes 3D. Ce type de logiciel, que l’on appelle aussi « 3D printer farm software » ou « cloud 3D printer management software » en anglais, permet de simplifier la gestion globale des imprimantes 3D, de leurs utilisateurs et parfois des matériaux.

Note : Ces logiciels de gestion d’imprimantes 3D sont différents des logiciels de pilotage de la production (MES). Les logiciels MES pour la fabrication additive gèrent non seulement les machines mais aussi les devis, l’optimisation topologique des modèles 3D, le contrôle qualité, la traçabilité des pièces et bien d’autres aspects.

Qu’est-ce qu’un parc d’imprimantes 3D ou « 3D printer farm » ?

Un parc d’imprimantes 3D (« 3D printer farm » ou « 3D printer fleet » en anglais) est un espace de production composé de plusieurs imprimantes 3D fonctionnant simultanément pour augmenter ou accélérer la production. On utilise aussi, bien que plus rarement, le terme « flotte d’imprimantes 3D ».

Voici le parc d’imprimantes 3D de Josef Prusa, qui compte plus de 300 imprimantes 3D :

Pourquoi se constituer un parc d’imprimantes 3D ?

On peut avoir besoin de plusieurs imprimantes 3D du même modèle pour augmenter sa production, et/ou plutôt miser sur la diversité (une combinaison par exemple d’imprimantes 3D de bureau, d’imprimantes 3D grand format, d’imprimantes 3D SLS, …) pour imprimer une plus grande variété de pièces.

De nombreux acteurs peuvent bénéficier d’un parc d’imprimantes 3D : les entreprises produisant leurs propres prototypes, pièces ou outils, les services d’impression 3D qui produisent à distance, les établissements scolaires ou universitaires, ou encore les « makerspaces » (fablabs ou ateliers de fabrication partagés).

Dans toutes ces situations, il faut pouvoir gérer les nombreux utilisateurs et allouer les ressources de manière efficace.

Notre sélection de logiciels de gestion d’imprimantes 3D

LogicielPays Version gratuite Prix
3DprinterOSÉtats-UnisOuiSur demande
AstroprintÉtats-UnisOui€9,90/mois (à partir de)
BuildBeeAustralieOui€5,00/mois (à partir de)
MakerFleetÉtats-Unis Non (essai de 30 jours) €20,00/mois/imprimante (à partir de)
RaiseCloudÉtats-Unis OuiGratuit
Polar3D CloudÉtats-Unis Oui€50,00/mois (à partir de)

À quoi sert un logiciel de pilotage d’imprimantes 3D ?

Le logiciel de gestion de parc d’imprimantes 3D permet à un utilisateur de piloter plusieurs imprimantes 3D à la fois afin de gagner du temps et d’augmenter la production.

Pour atteindre ces objectifs, le logiciel de pilotage facilite le transfert des fichiers d’impression 3D depuis les ordinateurs vers chaque imprimante 3D en toute efficacité. Ce transfert s’effectue soit via un réseau local pour les environnements nécessitant plus de sécurité, soit par le biais d’un « cloud », c’est-à-dire une interface dématérialisée et accessible à distance par tout appareil (ordinateur, smartphone, tablette) autorisé et connecté à internet.

Un logiciel de gestion de parc d’imprimantes 3D est capable d’assigner automatiquement les travaux vers les imprimantes 3D de manière méthodique. Il tient compte du temps d’impression estimé de chaque pièce, de la taille du lit d’impression de chaque machine, de la disponibilité des matériaux, ou encore de la priorité des commandes.

Le logiciel, véritable tableau de bord et co-pilote automatisé, peut également alerter les utilisateurs en temps réel sur les impressions 3D en cours, terminées ou échouées.

Présentation rapide des meilleurs logiciels de gestion des imprimantes 3D

Présenté comme un système d’exploitation révolutionnaire pour imprimantes 3D, et compatible avec un très grand nombre de modèles et marques, 3DPrinterOS permet de gérer les utilisateurs, les imprimantes, les files d’attente, les fichiers et les matériaux.

3DPrinterOS est disponible dans différents formats adaptés aux divers utilisateurs finaux : entreprises, écoles et universités, designers, et même les fabricants d’imprimantes 3D eux-mêmes.

Ses fonctionnalités comprennent la surveillance des imprimantes 3D et des quantités de matériau disponibles, ainsi que l’intégration d’outils de réparation et de préparation des fichiers.

3DPrinterOS cloud 3D printer management

AstroPrint est un logiciel de contrôle des imprimantes 3D qui offre une gestion multi-utilisateurs, qui gère les files d’attente et qui propose des outils d’analyse avancés.

Trois abonnements différents sont disponibles pour ce logiciel : Basic, Premium, et Business & Education, chaque palier délimitant un certain nombre d’utilisateurs, d’imprimantes 3D, de fonctionnalités ainsi que de capacité de stockage de fichiers.

AstroPrint est compatible avec une large gamme d’imprimantes 3D, y compris certains modèles d’Airwolf3D, Flashforge et Prusa. Il n’est pas (encore) compatible avec la dernière génération de machines MakerBot et Ultimaker.

Astroprint 3D printer control software

BuildBee est un logiciel pour parc d’imprimantes 3D adapté à une variété d’utilisateurs finaux. Plusieurs forfaits sont disponibles : Starter, Pro, Enterprise et Education.

Le logiciel est accessible depuis ordinateur, tablette ou smartphone et comprend des fonctionnalités telles que la gestion des files d’attente, l’administration des utilisateurs et la gestion des coûts. Il s’intègre également au logiciel de modélisation 3D en ligne d’Autodesk, Tinkercad.

BuildBee a officiellement validé sa compatibilité avec onze imprimantes 3D, dont la FlashForge Creator Pro, la MakerBot Replicator 2 et plusieurs imprimantes de chez Creality, mais le logiciel fonctionne avec des dizaines d’autres machines.

BuildBee logiciel de gestion parc d'imprimantes 3D

Le logiciel de gestion d’imprimantes 3D MakerFleet est conçu pour les particuliers comme pour les établissements scolaires ou universitaires et les fablabs (aussi appelés « makerspaces »).

Ses fonctionnalités comprennent l’analyse des impressions 3D en cours, la gestion automatique des files d’attente, et des outils de gestion des utilisateurs. MakerFleet dispose en plus d’une interface de paiement en ligne adaptée aux environnements multi-utilisateurs comme les « makerspaces ».

MakerFleet

RaiseCloud

Par Raise3D

RaiseCloud est une plateforme de gestion de parcs d’imprimantes 3D accessible depuis tout navigateur web. La plateforme est également proposée sous forme d’application mobile dédiée.

RaiseCloud propose la gestion automatique des impressions, des enregistrements vidéo en accéléré (« timelapse ») et des outils analytiques. Les utilisateurs peuvent aussi personnaliser leur interface ou tableau de bord selon leurs besoins.

Le logiciel est compatible avec toutes les imprimantes 3D Raise3D et, plus généralement, avec toute autre imprimante 3D étant sous OctoPrint.

RaiseCloud

Polar Cloud de Polar3D est une solution de gestion d’imprimantes 3D s’adressant particulièrement aux écoles et aux universités. Le logiciel a été conçu pour la gestion d’un nombre illimité d’imprimantes 3D, d’étudiants, de fichiers et de programmes d’études.

Polar Cloud comprend des outils de modélisation 3D, permet de surveiller les impressions 3D à distance, et est facile à prendre en main. Il est disponible en formule Basic ou Premium et s’adapte à une vaste gamme d’imprimantes 3D, y compris celles avec des systèmes fermés comme les dernières imprimantes 3D de MakerBot ou Ultimaker.

Polar Cloud

Mentions spéciales

BotQueue

Par BotQueue

BotQueue est un logiciel de contrôle d’imprimantes 3D « open source » et destinée aux particuliers et amateurs d’impression 3D, et fonctionne sous Mac et Linux.

Il est compatible avec les imprimantes 3D exploitées par des firmware comme GRBL, Sprinter, Marlin ou Teacup, ce qui comprend la plupart des machines RepRap.

Repetier-Server est un outil de gestion d’imprimantes 3D tout-en-un disponible à partir de tout navigateur web, conçu pour les makers, les professionnels, les artisans et les éducateurs, mais surtout utilisé par les makers.

Il comprend des fonctions de surveillance par webcam, des outils de calcul automatique des coûts et un système de « sauvetage » pour la reprise des impressions après une panne de courant, par exemple.

OctoPrint est une interface web open-source populaire qui permet de programmer et de contrôler les imprimantes 3D à partir d’un navigateur.

Les fonctionnalités d’OctoPrint comprennent le suivi en temps réel de la progression des impressions 3D et la gestion des températures des imprimantes.

PrintAlerts est une solution de gestion de parcs de machines, englobant les imprimantes 3D, imprimantes papier standard et autres machines CNC.

Logiciels propres aux marques d’imprimantes 3D

Les logiciels de pilotage des imprimantes 3D sont conçus pour fonctionner avec diverses marques d’imprimantes 3D. Toutefois, il est de plus en plus fréquent que les fabricants d’imprimantes 3D proposent leurs propres solutions de gestion de parc d’imprimantes.

Parmi ces dernières, on peut citer :

Il y a des avantages et des inconvénients à utiliser des logiciels propriétaires spécifiques à une machine plutôt que des logiciels tiers.

D’une part, les solutions propriétaires assurent la cohésion entre le logiciel de gestion et le matériel d’impression 3D (incluant les imprimantes 3D, leurs matériaux et leurs machines de post-traitement. Le développeur conçoit le logiciel pour qu’il communique sans problème avec les machines en question, en minimisant la probabilité d’erreurs et de complications. De plus, les logiciels sont mis à jour au fil des évolutions ou versions des machines.

Mais, d’autre part, l’utilisation de logiciels propriétaires limite souvent vos options lorsqu’il s’agit d’ajouter du matériel d’autres marques dans votre parc. Les développeurs de logiciels propriétaires pour les imprimantes 3D de marque x sont peu enclins à assurer la compatibilité avec les imprimantes de marque y ou z, le but étant que vous continuiez à investir dans la marque x.

Combien d’imprimantes 3D un logiciel de gestion dédié peut-il gérer ?

Cela dépend du logiciel. De nombreuses solutions sont échelonnées, offrant des forfaits basiques adaptés à 1-5 machines, et des forfaits premium adaptés à un nombre plus élevé ou illimité.

Certains logiciels de gestion d’imprimantes 3D – BuildBee et MakerFleet, par exemple – proposent un tarif fixe à multiplier par le nombre de machines.

Les avantages d’un logiciel de gestion d’imprimantes 3D

Simplification

Sans logiciel de pilotage, la gestion de plusieurs imprimantes 3D s’avère fastidieuse et chronophage. Le flux de travail peut inclure le transfert manuel des fichiers via des clés USB ou cartes mémoire, la surveillance constante sur les impressions des différentes machines, la gestion manuelle de la file d’attente des fichiers 3D, etc.

Ainsi, les logiciels de gestion d’imprimantes 3D rendent ce flux de production simple et beaucoup plus rapide. Les impressions 3D peuvent être ordonnancées et assignées à chaque machine selon les priorités des utilisateurs ou des clients.

La gestion des utilisateurs est également un point important à prendre en compte, que ce soit au sein d’une même équipe ou au sein d’un fablab où l’on doit gérer de nombreux utilisateurs externes.

Productivité

En acheminant automatiquement et méthodiquement les travaux vers les machines disponibles, le logiciel de contrôle des imprimantes 3D peut minimiser les temps d’arrêt des machines et traiter un plus grand nombre de pièces dans un délai donné.

Pour les entreprises traitant de nombreuses commandes au quotidien, cela peut se traduire par une augmentation considérable de la rentabilité : davantage de fichiers 3D peuvent être traités, tandis que les machines et les matériaux sont utilisés de manière plus efficiente.

En outre, des fonctions telles que la surveillance par webcam peuvent aider les utilisateurs à corriger rapidement les erreurs, tandis que des outils d’analyse peuvent détecter et identifier les goulots d’étranglement.

Évolutivité

Un système de gestion des imprimantes 3D constitue une excellente base pour l’évolutivité (« scalability »), c’est-à-dire pour facilement ajouter de nouvelles machines au fil de la croissance de l’entreprise. En effet, les logiciels capables de gérer dix machines sont également capables d’en gérer cinquante.

Une fois le système logiciel en place, l’ajout de nouvelles imprimantes se fait de manière très fluide, sans bouleverser le reste de l’organisation existante.

Les solutions comme 3DPrinterOS sont compatibles avec une très large gamme d’imprimantes, y compris les modèles professionnels haut de gamme, ce qui permet aux entreprises d’intégrer facilement des machines plus grandes et plus avancées dès qu’elles en ont les moyens.

Par ailleurs, les logiciels disponibles en tant qu’application mobile ou dans un navigateur web – et non installés directement sur un PC – gèrent leurs tâches (énergivores) sur des serveurs délocalisés.

Accessibilité

L’un des avantages phares des logiciels de gestion d’imprimantes 3D réside dans la possibilité de contrôler et de surveiller les machines depuis n’importe quel endroit. Les utilisateurs reçoivent des notifications dès que les impressions sont terminées ou si l’une des machines rencontre un problème (manque de filament, souci technique, panne de courant, …).

La gestion de parc d’imprimantes 3D sur le « cloud » permet même aux entreprises d’effectuer une fabrication distribuée, en contrôlant les parcs dans des pièces ou des installations séparées – potentiellement à l’autre bout du monde.

Prix des logiciels de gestion des imprimantes 3D

Le prix d’un logiciel de pilotage des imprimantes 3D peut varier selon la complexité des fonctionnalités, le nombre d’utilisateurs, ou encore le nombre d’imprimantes 3D à gérer.

La plupart des fournisseurs proposent leur logiciel en tant que service (modèle SaaS), en vendant un accès mensuel ou annuel à leurs solutions.

Les forfaits de base (« Basic ») peuvent être entièrement gratuits, tandis que les forfaits de niveau intermédiaire (type « Advanced » ou « Premium ») se situent entre 10 et 50 dollars par mois. Les solutions de niveau professionnel (souvent nommés « Pro » ou « Enterprise ») peuvent coûter plus cher.

Encore une fois, certaines solutions sont chiffrées par machine ou par utilisateur.

FAQ

Quels modèles sont compatibles avec les logiciels de gestion d’imprimantes 3D ?

Ceci est généralement indiqué sur les sites de chaque éditeur de logiciel de pilotage des imprimantes 3D.

Certaines imprimantes 3D doivent être équipées de matériel ou de logiciels supplémentaires pour fonctionner avec les logiciels de gestion. Les imprimantes 3D RepRap, par exemple, peuvent être connectées via un nano-ordinateur Raspberry Pi ou Arduino.

Est-il possible de gérer plusieurs technologies d’impression avec le même logiciel de pilotage ?

La majorité des solutions de gestion d’imprimantes 3D sont conçues pour les imprimantes 3D à base de filament, qui fonctionnent toutes plus ou moins de la même manière.

Les fabricants d’autres types d’imprimantes 3D – comme Formlabs et Carbon – proposent souvent des outils de gestion spécifiques à leur matériel.

Cela dit, il existe un certain potentiel pour la gestion d’impression 3D multi-technologies. Par exemple, 3DPrinterOS offre un niveau de compatibilité au delà du FFF (dépôt de filament fondu) via son “usine virtuelle”. Les impressions peuvent être programmées pour des imprimantes 3D SLS, SLA, PolyJet, etc., mais le logiciel 3DPrinterOS ne peut pas piloter directement ces imprimantes ni découper (“slicer”) les modèles 3D pour ces technologies.