AccueilGuides d'achatImprimantes 3DImprimante 3D pas chère : le meilleur à moins de 300€

Imprimante 3D pas chère : le meilleur à moins de 300€


Ce guide présente une sélection de quelques-unes des meilleures imprimantes 3D pas chères, c’est-à-dire à moins de 300 euros. Vous trouverez également quelques conseils pour bien choisir votre imprimante à petit prix !

Si vous réalisez un achat via l’un de nos liens affiliés, nous sommes éligibles à recevoir une petite commission, ce qui nous permet de continuer à entretenir notre site et à vous fournir du contenu.

Mise à jour : Cet automne, nous avons enlevé des produits obsolètes de notre liste pour y ajouter des imprimantes et marques plus récentes, comme FlashForge, FLSUN, ou encore Longer3D. Par ailleurs, les prix sont en baisse !

Quelle est la meilleure imprimante 3D pas chère ?

Trouver une imprimante 3D avec un petit budget peut s’avérer délicat : il faut naviguer entre les imitations de mauvaise qualité et les fabricants douteux. Nous avons donc effectué des recherches approfondies pour sélectionner les 10 meilleures imprimantes 3D à moins de 300 €.

De nombreuses startups et fabricants (souvent chinois) s’affrontent pour proposer des imprimantes 3D toujours moins chères. Auparavant, « petit prix » était souvent synonyme de mauvaise qualité, mais ce n’est plus le cas : les imprimantes 3D de notre liste offrent toutes un excellent rapport qualité/prix.

Les imprimantes 3D petit budget (moins de 300 euros) ne sont généralement pas des machines de qualité professionnelle et requièrent un minimum de connaissances techniques et de patience afin d’en tirer le meilleur parti. C’est notamment le cas pour les imprimantes 3D en kit.

Toutes les imprimantes 3D de ce guide utilisent du filament comme consommable. Si vous êtes à la recherche d’une imprimante 3D à résine pas chère, c’est par ici.

Les 8 meilleures imprimantes 3D à moins de 300 €

Imprimante 3DVolume d'impressionPrix*Achat
FlashForge Finder145 x 145 x 145 mm299 €ACHETER
Geeetech A10M220 x 220 x 260 mm299 €ACHETER
Qidi Tech X-One 2140 x 140 x 140255 €ACHETER
Anycubic Mega-S210 x 210 x 205 mm250 €ACHETER
Creality Ender 3 V2220 x 220 x 250 mm225 €ACHETER
Longer3D LK4220 x 220 x 250 mm230 €ACHETER
Monoprice Select Mini V3120 x 120 x 120 mm220 €ACHETER
JGMAKER Magic220 x 220 x 250 mm239 €ACHETER
Ce tableau contient notre liste des 10 meilleures imprimantes 3D abordables à moins de 300 euros.

* Prix : les prix sont indiqués à titre informatif, ils peuvent varier au fil du temps et/ou d'un pays à un autre (taxes d'importation, frais de livraison, etc.).

Si vous réalisez un achat via l’un de nos liens affiliés, nous sommes éligibles à recevoir une petite commission, ce qui nous permet de continuer à entretenir notre site et à vous fournir du contenu.



Guide des 10 meilleures imprimantes 3D à moins de 300 euros

FlashForge Finder meilleure imprimante 3D pas chère

FlashForge Finder

  • Volume d’impression : 145 x 145 x 145 mm
  • Prix : 255 €

ACHETER

FlashForge est une marque d’imprimante 3D populaire pour les débutants et les amateurs. Leur modèle Finder est une option simple et pratique avec une connectivité Wi-Fi et un plateau d’impression coulissant et amovible.

L’imprimante est dotée d’un système de mise à niveau automatique du lit et de fonctions de sécurité pour les jeunes utilisateurs et les écoles.

Plus d’informations : FlashForge Finder

Geeetech A10M

  • Volume d’impression : 220 x 220 x 260 mm
  • Price: 299 €

ACHETER

La Geeetech A10M est la seule imprimante 3D à moins de 300€ de notre classement offrant la possibilité d’imprimer en plusieurs couleurs. Cette imprimante 3D est basée sur la même architecture qui a fait le succès de la A10 standard. Son extrudeur 2-en-1 permet l’impression 3D multi-couleur via 4 modes.

Avec son volume d’impression généreux et la gestion multi-couleur, la A10M est un choix très intéressant. A noter : cette imprimante 3D n’est pas « full-color » (voir notre sélection des meilleures imprimantes 3D couleur).

Plus d’informations : Geeetech A10M

Anycubic Mega-S

  • Volume d’impression : 210 x 210 x 205 mm
  • Price: 315 €

ACHETER

La ANYCUBIC Mega-S se distingue par son design dans notre liste des meilleures imprimantes 3D entrée de gamme. Son support latéral pour la bobine de filament permet un gain de place intéressant.

Elle est facile à assembler et à utiliser, notamment grâce à son écran tactile intuitif. La ANYCUBIC Mega-S est dotée d’un plateau d’impression très résistant (ANYCUBIC Ultrabase). Un excellent choix pour un prix raisonnable inférieur à 300 euros.

Plus d’informations : ANYCUBIC Mega-S

Qidi Tech X-One 2

  • Volume d’impression : 145 x 145 x 145 mm
  • Prix : 255 €

ACHETER

Cette imprimante 3D compacte est une version améliorée de la Qidi Tech X-One, une imprimante 3D ayant eu beaucoup de succès. Comme son prédécesseur, les avis d’utilisateurs concernant la X-One 2 sont très positifs.

Le volume d’impression de la Qidi Tech X-One 2 est assez réduit, c’est donc plutôt une imprimante 3D pour débutants plutôt qu’un outil pour les makers. Son châssis est partiellement fermé, et elle est dotée d’un écran LCD et d’un lit chauffant.

Plus d’informations : Qidi Tech X-One 2

Creality Ender 3 V2

  • Volume d’impression : 220 x 220 x 250 mm
  • Prix : 225 €

ACHETER

La Creality Ender 3 V2 est un modèle incontournable, c’est l’une des stars des imprimantes 3D pour petits budgets. La Ender 3 est reconnue comme étant fiable et facile d’utilisation, très adaptée à tout type d’utilisateurs : du débutant ayant envie de découvrir l’impression 3D au maker confirmé prêt à se plonger dans les réglages.

Globalement, il s’agit là d’une excellente machine qui mérite son succès. A noter que la communauté des utilisateurs Creality est très active sur les groupes de discussions, ce qui peut s’avérer utile.

Plus d’informations : Creality Ender 3 V2




Monoprice imprimante 3D moins chère

Monoprice Select Mini

  • Volume d’impression : 120 x 120 x 120 mm
  • Prix : 210 €

ACHETER

À moins de 200 €, la Monoprice Mini Delta est une des imprimante 3D les moins chères du marché ! Elle est livrée assemblée et offre des fonctionnalités très utiles comme un lit d’impression chauffant, la calibration automatique et une connection Wi-Fi.

Sa structure en métal et son design ergonomique font de la Mini Delta une excellente imprimante 3D pas chère, probablement un des meilleurs rapports qualité/prix du marché.

Plus d’informations : Monoprice Mini Delta

Longer3D LK4 imprimante 3D abordable

Longer3D LK4

  • Volume d’impression : 220 x 220 x 250 mm
  • Prix : 240 €

ACHETER

La LK4 de Longer3D est dotée de toute une série de fonctionnalités, notamment un écran tactile couleur (deux tailles disponibles), un détecteur de filaments, une fonction de pause et de reprise d’impressions, et bien d’autres encore.

Elle offre un bon rapport qualité-prix et est livrée avec une garantie d’un an et un service d’assistance clientèle 24 heures sur 24.

Plus d’informations : Longer3D LK4

JGMaker Magic

  • Volume d’impression : 220 x 220 x 250 mm
  • Prix : 239 €

ACHETER

La JGMAKER Magic, bien que moins populaire que d’autres modèles dans notre sélection, gagne à être connue. Son design simple et efficace lui confère une grande stabilité.

La JGMAKER Magic offre aussi son lot de fonctionnalités classiques comme le détecteur de filament, la reprise d’impression après interruption et un lit d’impression amovible. Sa forme compacte avec adaptateur secteur intégré est la principale différence par rapport à la Ender 3, imprimante 3D à laquelle la Magic ressemble beaucoup.

Plus d’informations : JGMAKER Magic

Vous aimerez aussi

Guide d'achat pour les imprimantes 3D à moins de 300 euros

Quels critères faut-il prendre en compte lors de l’achat d’une imprimante 3D d’entrée de gamme ? La fourchette de prix inférieure à 300 € offre peu de marge de manœuvre et un choix réduit de machines, mais il y a tout de même quelques points importants à prendre en compte pour faire le bon choix.

Imprimantes 3D en kit à monter soi-même vs. imprimantes 3D assemblées et prêtes à imprimer

Il n’y a pas si longtemps, les imprimantes 3D en kit avaient tendance à être difficiles et complexes à assembler, et cela prenait beaucoup de temps.

Aujourd’hui, la plupart d’entre elles sont livrées partiellement assemblées et requièrent à peine une heure pour être montées à la maison. Même les débutants peuvent en assembler sans forcément avoir de connaissances en impression 3D.

Tandis que ce n’est pas forcément le cas pour les imprimantes 3D totalement pré-assemblées, la plupart des imprimantes 3D en kit peuvent facilement être améliorées en imprimant en 3D des pièces additionnelles. Ces imprimantes 3D à monter soi-même sont parfaites pour apprendre et comprendre comment fonctionne l’impression 3D.

Châssis fermé vs. châssis ouvert

De nombreux facteurs tels que la température ambiante, l’humidité et les courants d’air peuvent interférer avec la qualité des impressions 3D. Les imprimantes 3D avec chambre d’impression fermée offrent une protection contre les interférences extérieures, limitent les émissions de particules nocives (plastique fondu) et aident à masquer les bruits de fonctionnement de l’imprimante 3D.

Pour des impressions 3D en PLA, une imprimante à châssis ouvert convient très bien.

Communauté d’utilisateurs active

Pour les modèles d’imprimantes 3D low-cost les plus populaires, de l’aide et des conseils peuvent être trouvés sur de nombreux groupes de discussion (Facebook notamment) et forums spécialisés. Nous avons préparé une liste des meilleures communautés de l’impression 3D, riches en information pour beaucoup d’imprimantes 3D (entre autres).

Volume d’impression

Le volume d’impression, ou taille maximum d’une impression 3D, est également un facteur à prendre en compte. Si le but est uniquement de découvrir et expérimenter avec l’impression 3D, alors le volume d’impression n’est pas forcément un critère déterminant. À l’inverse, il faudra y prêter attention s’il y a un besoin de dimensions spécifiques pour des objets en particulier.

Si vous cherchez des imprimantes 3D plus grandes, nous avons un article sur les meilleures imprimantes 3D à grand volume (professionnelles).

Calibration automatique

La précision de l’impression 3D peut facilement être déréglée si le plateau d’impression a le moindre déséquilibre. Certaines imprimantes 3D offrent un calibrage automatique du lit d’impression, mais cette opération s’effectue manuellement sur la plupart des imprimantes 3D dans cette gamme de prix abordable.

Ces réglages manuels peuvent parfois être pénibles, mais ce n’est pas insurmontable.

Les Prusa i3 et l'héritage RepRap

De nombreuses imprimantes 3D sont basées ou sont des clones de la Original Prusa i3, un modèle développé par Josef Prusa en 2012. Le modèle de l’imprimante 3D Prusa i3 fait partie du projet RepRap (replicating rapid prototyper), projet dont l’objectif initial était de créer une imprimante 3D à bas coût capable de s’auto-dupliquer. Depuis le lancement de ce projet collaboratif en 2005, des centaines de contributeurs internationaux comme Josef Prusa se sont associés pour constamment améliorer et optimiser l’impression 3D pour tous.

Comme les plans de cette imprimante 3D open-source sont publics et sans brevet, beaucoup d’opportunistes ont cloné la Prusa i3 sous d’autres noms de marque dans un but commercial. Josef Prusa, créateur originel de cette imprimante 3D, commercialise d’ailleurs lui aussi des imprimantes 3D dérivées de la Prusa i3 sous sa propre marque, Prusa Research.

La Original Prusa i3 MK2 de Josef Prusa, une des meilleures machines disponibles sur le marché des imprimantes 3D de bureau.

Qu'en est-il des imprimantes 3D pas chères sur Kickstarter ?

Certains projets sur Kickstarter et Indiegogo (plateformes de financement participatif) mettent en avant des imprimantes 3D à prix très bas, parfois à moins de 100 €. Toutefois, ce sont souvent des arnaques ou des projets voués à l'échec. Voici quelques uns des plus gros échecs crowdfunding en impression 3D !

Les plus gros flops sur Kickstarter

Certaines startups dans l’impression 3D ont tendance à promettre des produits exceptionnels via des opérations marketing coûteuses pour récolter un maximum de fonds. Ces projets trop beaux pour être vrais aboutissent rarement. Voici un petit rappel des plus gros échecs d’imprimantes 3D en financement participatif.

TIKO 3D Tiko

  • Prix : 199 $
  • Montant récolté : presque 3 millions de dollars en mars 2015
  • Nombre de contributeurs : 16 538
  • Ce qui s’est passé : ils ont simplement promis trop de choses et se sont retrouvés démunis au moment d’honorer les nombreuses pré-commandes. Les premiers contributeurs ont reçu leurs imprimantes 3D, mais des milliers sont restés les mains vides.
  • Plus d’informations : TIKO 3D Tiko

Rinnovated Design Peachy Printer

  • Prix : 100 $
  • Montant récolté : plus de 650 000 $ après son lancement en septembre 2013
  • Nombre de contributeurs : 4 420
  • Ce qui s’est passé : l’un des deux fondateurs a détourné environ la moitié des fonds de la Peachy Printer pour se construire une maison, plongeant l’entreprise dans une crise où licenciements et faillite étaient à l’ordre du jour.
  • Plus d’informations Rinnovated Design Peachy Printer

Pirate3D Buccaneer

  • Prix : 300 $
  • Montant récolté : juste en dessous de 1.5 millions de dollars, et 2 millions de dollars additionnels apportés par des investisseurs privés
  • Nombre de contributeurs : 3 520
  • Ce qui s’est passé : Pirate3D s’est noyé dans son succès initial avec beaucoup trop de produits à fabriquer face à un manque de personnel. Ils ont même malicieusement commencé à accepter les commandes commerciales avant d’essayer de livrer les contributeurs qui ont financé leur projet (et qui n’ont finalement pas eu leur imprimante 3D).
  • Plus d’informations : Pirate3D Buccaneer





Sommaire

À propos de l'auteur

Martin Lansard

Martin Lansard est le CEO et le co-fondateur d’Aniwaa. Basé à Phnom Penh, au Cambodge, il gère l’équipe au quotidien tout en supervisant la stratégie globale de la startup et son développement. Organisé et méthodique, il infuse ces qualités à son équipe. Martin a étudié le management à l’EDHEC, à Lille, avec un passage à Loyola Marymount University, en Californie. Il rejoint ensuite Google d’abord à Dublin, puis New York au département Marketing. Après cinq ans chez Google, Martin a choisi de se consacrer à plein temps à Aniwaa.