AccueilBlog Scanners 3D portables en 2021 : quelles tendances et évolutions de marché ?

Scanners 3D portables en 2021 : quelles tendances et évolutions de marché ?


Nous venons tout juste de mettre à jour de notre guide d’achat autour des scanners 3D portables. Aujourd’hui, nous partageons avec vous quelques enseignements et conclusions que nous avons pu tirer de cette mise à jour.

Introduction

Aniwaa se consacre à la numérisation 3D depuis plus de 7 ans et propose la plateforme de comparaison de scanners 3D la plus complète du marché avec plus de 480 scanners 3D.

Notre équipe suit chaque jour l’actualité de cette industrie, créant de nouvelles fiches produit ou, à l’inverse, supprimant les produits obsolètes à mesure que les fabricants renouvellent leurs gammes. De la même manière, nous mettons régulièrement à jour nos guides d’achat afin de refléter les nouvelles tendances et évolutions du secteur.

C’est justement ce que nous avons récemment fait avec notre guide d’achat sur les scanners 3D portables, un segment de marché que nous connaissons particulièrement bien. Lors de cette mise à jour, nous avons pris suffisamment de recul pour observer l’évolution de l’offre au cours des dernières années.

Tendances et perspectives du marché des scanners 3D portables

Nous avons identifié 4 grandes tendances ou thématiques importantes, tant du côté des utilisateurs que des acteurs économiques : la facilité d’utilisation, la précision et la polyvalence, les technologies hybrides et les marques asiatiques émergentes.

1. Facilité d’utilisation

Toute entreprise, technologique ou non, devrait s’efforcer d’offrir une expérience utilisateur simple et intuitive. La numérisation 3D étant déjà une technologie relativement complexe à appréhender, il est particulièrement important que les fabricants de scanners 3D se concentrent un minimum sur ce point.

Nous avons remarqué des efforts concernant la facilité d’utilisation à plusieurs niveaux :

  • Logiciel

Un scanner 3D de haute qualité peut très vite devenir un enfer à utiliser si son logiciel n’est pas à la hauteur. Il s’agit là d’un terrain où les fabricants s’affrontent activement, que ce soit en matière de fonctionnalités, de rapidité ou de simplicité.

Ce dernier point est très important : les logiciels de scan 3D doivent être aussi simples que possible pour être adoptés par un plus grand marché. Aujourd’hui, les interfaces deviennent plus intuitives et il est plus facile que jamais de s’y retrouver dans les logiciels de numérisation 3D actuels.

Nous l’avons notamment constaté avec le logiciel EinScan de Shining 3D. En 2017, lors de son test du EinScan-SP, Pierre-Antoine avait décrit l’expérience utilisateur du logiciel comme un léger obstacle. En décembre dernier, il a cité le logiciel EinScan comme l’un des avantages du nouveau scanner HX.

D’autres marques ont également fait d’énormes progrès, comme Artec avec son logiciel Artec Studio basé sur l’IA qui a même permis de doubler la résolution de leurs scanners Eva et Leo. GOM, autre marque de référence, propose d’excellentes solutions logicielles de numérisation 3D avancées, comme nous l’avons vu avec l’ATOS Q (bien qu’il ne soit pas portable).

Globalement, le traitement et l’édition des nuages de points sont plus rapides également, et cela est en partie grâce aux avancées du côté des ordinateurs portables. Il est impossible de faire tourner un logiciel de scan 3D sans avoir un ordinateur suffisamment puissant au niveau de la carte graphique et de la mémoire vive.

  • Matériel

Avant, il fallait dénouer toute une panoplie de câbles pour brancher son scanner 3D. Lorsque nous avons testé le Creaform HandySCAN 700 il y a quatre ans, nous avons été agréablement surpris par son système de gestion des câbles. Plusieurs câbles sont toujours nécessaires, mais ils sont raccordés de sorte à ce qu’on ait à se préoccuper d’un seul câble lors des séances de numérisation.

Nous avons vu ce type de système devenir peu à peu la norme par la suite. Mais pourquoi ne pas passer au sans-fil ?

À notre connaissance, et à l’exclusion des scanners 3D SLAM dynamiques, il n’y a qu’un seul scanner 3D sans fil sur le marché en ce moment et c’est le Artec Leo. Ce manque de produits sans-fil s’explique par la grande puissance de calcul que nécessitent les scanners 3D.

Il n’est simplement pas encore possible d’intégrer autant de puissance dans un si petit appareil tout en le gardant assez léger. Il n’est pas non plus possible de transférer autant de données en réseau, mais cela pourrait bien changer dans un avenir proche avec l’arrivée de la 5G.

Le poids, c’est également un aspect que travaillent les fabricants de scanners 3D portables. Certains scanners 3D ne pèsent que 700g, comme le Calibry, alors que les scanners 3D les plus légers pesaient plus d’un kilogramme il y a seulement deux ou trois ans. La légèreté d’un scanner 3D portable peut être un réel atout ; l’utilisateur doit le porter à bout de bras pendant toute la séance de numérisation. Un kilogramme peut sembler peu, mais après 15 ou 20 minutes d’utilisation, le scanner 3D se fait sentir de plus en plus lourd.

  • Flux de travail

La calibration est nécessaire pour tout scanner 3D, et le processus peut être très long et fastidieux. Nous avons remarqué des efforts de ce côté-ci aussi lors de nos tests les plus récents.

Par ailleurs, la plupart des scanners 3D portables actuels intègrent des lumières colorées afin d’indiquer à l’utilisateur s’il est trop prêt ou trop loin de l’objet à numériser. Cela permet de facilement garder la bonne distance sans avoir à se retourner régulièrement vers l’écran de l’ordinateur.

Cette vidéo tirée de notre test du HandySCAN BLACK Elite démontre cette fonctionnalité :

 

2. Précision et polyvalence

Au fil des améliorations techniques apportées aux projecteurs (pour la lumière structurée), aux lasers (pour la triangulation laser) et aux caméras (pour capturer les couleurs et déformations de lumière), les technologies de numérisation 3D deviennent plus précises.

Dotés de cette précision accrue, les scanners 3D portables peuvent désormais faire face aux MMT et peuvent même convenir pour la métrologie, un cas d’usage en vogue.

Les scanners 3D portables sont aussi de plus en plus polyvalents, beaucoup d’entre eux pouvant adapter leur champ de vision à différentes tailles d’objets à scanner. Nous avons vu quelques scanners 3D tout-en-un scanner des objets aussi petits qu’une pièce de monnaie et aussi grands qu’une voiture ou un avion.

Enfin et surtout, les scanners 3D portables en milieu de gamme sont désormais capables de capturer des surfaces sombres et/ou réfléchissantes, qui constituaient autrefois un véritable défi. Bien que les surfaces noires et brillantes restent un défi pour la numérisation 3D, il est clair que les fabricants de scanners 3D ont fait d’énormes progrès à cet égard.

3. Technologie hybride

Un scanner 3D hybride est un appareil équipé d’au moins deux technologies de scan 3D.

Techniquement, il existe des dizaines de scanners 3D hybrides, si l’on compte ceux qui utilisent la lumière structurée ou la triangulation laser avec la photogrammétrie. La photogrammétrie est une technologie complémentaire très répandue qui, dans ce genre de cas, est utilisée pour capturer les couleurs et/ou pour aider le scanner 3D à se repérer dans l’espace.

En revanche, lorsque nous parlons de scanners 3D hybrides, nous faisons surtout référence aux scanners 3D pouvant utiliser la lumière structurée et la triangulation laser. Peu de produits de ce type sont disponibles sur le marché actuellement ; Shining 3D n’a lancé leur gamme HX qu’à l’automne dernier.

Nous avons regardé ce côté hybride laser/LED de plus près lors de notre test du Shining 3D EinScan HX il y a quelques mois. La lumière structurée permet d’effectuer des numérisations rapides, tandis que le mode laser s’utilise pour des pièces très détaillées ou réfléchissantes.

Le fait de pouvoir librement disposer des deux technologies est très pratique, et nous espérons que davantage de fabricants décideront de développer des scanners 3D portables hybrides.

ScanTech propose également un scanner 3D semi-hybride, le KSCAN20, qui lui est équipé de deux différents types de laser : des croix laser rouges pour scanner rapidement, et des lignes laser bleues parallèles pour obtenir un haut niveau de détail.

4. Nouveaux entrants

Les fabricants de scanners 3D habituels sont talonnés par les marques asiatiques émergentes qui proposent des solutions très compétitives à moindre coût.

Shining 3D, qui est à présent l’un des plus gros acteurs du marché avec une gamme de produits très diversifiée, est un excellent exemple pour les autres fabricants chinois comme ScanTech (étoile montante, en concurrence directe avec Creaform) ou Thunk3D (produits d’entrée de gamme à moins de 10 000 dollars).

Cela dit, du côté des logiciels, il existe encore un décalage plus ou moins grand. Les marques émergentes doivent rattraper les années ou parfois les décennies d’expérience que les principaux acteurs comme GOM, Artec ou Creaform (Ametek) ont accumulées.

ZEISS, qui a acquis GOM en 2019, a récemment fait son entrée sur le marché des scanners 3D portables avec le T-Scan Hawk. Il est basé sur le KSCAN20 de ScanTech – ce qui est évident quand on compare les deux côte à côte – mais il est livré avec un logiciel plus avancé qui s’appuie sur l’expertise et l’expérience extensive de ZEISS.

Dans d’autres parties du monde, certaines marques moins connues laissent également leur empreinte, notamment la société canadienne Polyga, la société israélienne Mantis Vision et le fabricant russe THOR3D, qui sont sur le marché depuis plusieurs années maintenant.

La scène des scanners 3D portables est très dynamique, avec une concurrence accrue qui stimule l’innovation et fait baisser les prix. Cette énergie est très prometteuse pour l’avenir de la numérisation 3D.

Guide d’achat pour scanners 3D portables : notre mise à jour

En tenant compte de tous ces éléments, nous avons mis à jour notre sélection de scanners 3D portables, en ajoutant des produits récemment sortis comme le scanner hybride EinScan HX et une nouvelle section « Mentions spéciales » pour THOR3D, Polyga et Mantis Vision. Nous avons également inclus ScanTech pour la première fois et conservé les scanners 3D phares de Creaform (y compris le Peel 2, leur solution d’entrée de gamme) et de Artec.

Le résultat est une liste concise et actualisée des 5 meilleurs scanners 3D portables de 2021. Nous avons pris en compte, entre autres facteurs, les performances des produits, notre expérience personnelle, et les retours de nos partenaires, ainsi que la maturité et le réseau de distribution des marques.

Que pensez-vous de notre selection ? Avez-vous repéré d’autres tendances sur le marché des scanners 3D portables ? Faites-nous part de vos réflexions par mail ou sur les réseaux sociaux !

À propos de l'auteur

Ludivine Cherdo

Ludivine conçoit et implémente la stratégie de contenu d'Aniwaa, élaborant des guides détaillés basés sur ses connaissances approfondies en matière de fabrication additive. Elle réalise également des tests d'imprimantes 3D et se maintient au courant des dernières nouvelles et tendances de l'industrie. Après avoir grandi aux États-Unis puis vécu en Espagne, au Chili et au Cambodge, Ludivine est désormais basée en France.